La présente page est dédiée à la gestion du stress post-traumatique, à la fois pour pouvoir prévenir l'installation de stress à la suite d'un épisode difficile, et pour dissiper celui qui est déjà installé depuis des années. 

La formation en psychotraumatologie s'adresse donc à un large public, allant de niveaux de sensibilisation ("les premiers mots" et "sensibilisation en psychotraumatologie") qui nous concernent tous, dans notre devoir de citoyen "altruiste", à des niveaux plus complexes pour les professionnels du soin ayant à gérer le "stress" de leur patient, à repérer les épisodes difficiles et à savoir apaiser des épisodes récents et simples (modules de base en psychotraumatologie) ou bien des épisodes complexes, répétés qui impliquent alors une prise en charge plus spécifique (et un niveau de qualification plus approfondi en psychotraumatologie).

PSYCHOTRAUMATOLOGIE : Quoi ? Qui ? Comment ?

La psychotraumatologie, c'est quoi ?

Il s'agit de traiter les épisodes de vie qui sont des traumas (zones traumatiques) pour permettre à chacun de retrouver sa joie de vivre, y compris quand il a vécu des instants (parfois même quelques secondes !) qui font qu'on se sent "perdu, différent" comme s'il y avait un AVANT et un APRES...

En médecine, on traite et on guérit les traumas physiques, du petit hématome à la large plaie invalidante... En psychotraumatologie, on traite et on apaise les "plaies cérébrales" pour que la personne récupère son potentiel à penser sereinement y compris sur les passages de vie qui furent délicats à traverser. 

On aide à penser de façon ordonnée, en créant un climat apaisé, pour pouvoir "panser le cerveau" et qu'il puisse à son tour rétablir un fonctionnement normal de la physiologie. En effet, ce qui se passe dans le cerveau va ensuite influencer l'état corporel. Un humain qui se sent bien aura "digéré/ intégré/ métabolisé" ses traumas physiques et psychiques. 

A noter : vous lirez parfois de façon non distincte "traumas ou traumatismes". Nous resterons ici précis : le trauma est la zone traumatique (l'hématome) et le traumatisme est l'épisode qui a engendré le trauma (le coup de pied au foot par exemple).

Justement, un coup de pied pris au foot ou par mégarde en jouant à tout autre jeu, peut faire que vous aurez un "bleu" sur la jambe...ou peut-être pas ! Si vous êtes bien en forme, que votre pantalon était épais, il n'y aura aucune trace ! Aucun épisode de vie n'est traumatique par nature et ne peut être qualifié comme traumatisme "par défaut". Un épisode est potentiellement traumatogène : il peut susciter un trauma mais pas obligatoirement. A l'inverse, un petit "coup" en apparence peut laisser un gros hématome...certains épisodes peuvent se révéler être de réels traumatismes alors que personne ne l'aurait considéré ainsi ! Tout le monde s'étonnera de la taille du "bleu" pour un si petit coup...

Vous comprendrez ainsi que la première étape pour se former sera de savoir définir, repérer un trauma et son traumatisme (élément déclencheur). Vous pourrez ensuite apprendre à apaiser le stress post-traumatique ou mieux encore, parfois, pouvoir prévenir et éviter qu'un épisode de vie ne devienne un facteur traumatogène !

La psychotraumatologie, comment se former ? Et qui peut se former ?

Toute personne désireuse de savoir dire les bons mots pour soutenir les autres peut se former "sur les premiers mots". Le repérage des signaux de stress post-traumatique et les aspects de "résolution immédiate" sont accessibles à tous, sous forme d'une journée de sensibilisation.  Les techniques de défusing et débriefing peuvent également être apprises par chacun de nous, dans un objectif de prévention = savoir dire et faire avec des protocoles très cadrés à la suite d'un épisode difficile. La formation sera alors de quelques jours : "psychotraumatologie - premiers mots".

Ces techniques sont également utiles aux soignants, dans le cadre de leurs accompagnements des patients pour savoir décharger plus rapidement le stress post-traumatique résiduel qui date parfois de longues années, et qui se cache souvent derrière des aspects comorbides (addictions, compulsions, dépression...). Vous pourrez suivre le module ci-avant ou un module fait plus précisément pour gérer à la fois les épisodes traumatiques récents et anciens et savoir les repérer derrière les axes comorbides "traumas et TC" et disposer d'outils complémentaires pour mieux apaiser vos patients. 

Enfin, pour les soignants uniquement, vous pourrez suivre un module complémentaire sur les traumas complexes (associant des outils spécifiques et la prise en charge de groupe).

PSYCHOTRAUMATOLOGIE : les premiers mots

J'ai intitulé ainsi ce paragraphe pour rappeler à quel point on porte un enfant quand on prononce les premiers mots pour l'encourager! Ces premiers "mots de reconnaissance et réconfort" sont précieux quand il doit se lever et repartir alors qu'il vient tout juste de faire ses premiers pas et chuter.

Les premiers mots, le premier geste, le premier regard, la première posture que nous allons lui accorder vont déterminer en grande partie la suite de sa progression. Même après une chute, les mots aident à grandir ou bien "abattent davantage"...

Quels mots dire alors à une personne qui vient de vivre un épisode "critique", quel geste sachant qu'il peut TOUT changer ?

Oui, en psychotraumatologie, c'est comme pour les incidents/accidents "classiques". Il y a les premiers gestes de secours, ceux qui sauvent une vie, parfois un peu difficile à accomplir mais qu'on trouve le courage de faire pour sauver l'autre...

Pour le cerveau, c'est la même chose ! Chacun de nous devrait être attentif à ses premiers mots, son premier regard, ses premières attitudes face à quelqu'un qui vient d'être "secoué voire choqué". Dans les minutes suivantes, on est fragilisé, un peu comme à la "merci" des autres et si le regard est bienveillant et soutenant, si les mots sont dits avec bienveillance et solidité/confiance, si une main est habilement tendue, alors l'après va changer. Les premiers gestes participent à la prévention du "PIRE". S'ils sont faits de soutien psychosocial, de solidarité, et dans une attitude salutogène (tournée vers le salut et pas la victimisation), alors la personne va résilier et digérer cet épisode.

A l'inverse, un regard "négatif", détourner son regard, crier, dramatiser et perdre soit même sa contenance, peut être le facteur "traumatique". Combien de fois, l'élément traumatogène n'est pas "le fait / accident, aggression..." en question mais la réaction des autres à la suite ! Au moment même où la personne est "fragilisée" par une première secousse, elle en réalise pas toujours ce qui arrive et c'est par le regard des autres qu'elle perçoit souvent la "gravité" de sa situation!...L'autre doit donc travailler ce qu'il reflète de la situation, sans y ajouter ses propres perturbations ! Un véritable challenge ? Non, un apprentissage à savoir faire et être dans une posture salutaire et solidaire.

Les premiers mots, les premiers gestes, le développement d'une attitude solide s'apprennent : il s'agit de se préparer, savoir gérer son stress, apprendre à "normaliser" les faits sans minimiser ni dramatiser (travailler sa voix, sa capacité à restituer des éléments factuels), à formuler ses phrases de façon positive et simple, à savoir apaiser l'autre et à lui rendre rapidement du "BON CONTROLE" sur sa vie, à l'aider à COMPRENDRE "COMMENT cela est arrivé" et à le centrer ensuite vers CE QUI EST IMPORTANT pour lui, maintenant et pour le futur !

Je vous propose des journées formation, centrées sur ces objectifs : savoir bien réagir et agir face à la détresse de l'autre.

 

Les premiers mots, un modèle simple fait de bon sens, d'efficacité linguistique et des modèles éprouvés (CARE et STOP) :

- REAGIR et donner du soin (CARE) avec du bon sens et de la méthode (bons mots, bons gestes, bons regards).

- AGIR et rendre autonome (STOP = SECURISER, TALK-faire COMPRENDRE/PARLER-ORGANISER la suite et donner du contrôle et retrouver ses PAIRS-soutien psychosocial usuel).

Après un épisode difficile, il est crucial de reprendre le CONTROLE de sa santé, avoir des éléments de COMPREHENSION pour apaiser son cerveau (et tout ceci évite le sentiment d'impuissance et de victimisation) et ensuite, donner du SENS à cet évènement "quitte à en dire, il me fait réaliser que je suis en vie !" et l'intégrer dans le "cours de sa propre vie".

Derrière ces premiers mots, vous penserez en permanence : CCS, Contrôle, Compréhension et Sens pour rendre à la personne ce qu'on appelle la "COHERENCE DE SOI" ou SOC (Sens Of Coherence)

NB : Il y a plus de 30 ans (hé oui!) le sociologue médical américano-israélien Aaron Antonovsky conçut le modèle conceptuel de salutogénèse et associa la notion-clé de sens/ sentiment de la cohérence (Sens of cohérence, SOC). Selon une métaphore d’Antonovsky, cela décrit la capacité à nager dans la rivière de la vie – ou moins poétique, le sentiment que la vie est harmonieuse et peut être organisée. Le sens de la cohérence se manifeste à trois niveaux, la "compréhensibilité", la "gérabilité" et la signification : le monde est compréhensible, si vous pouvez classer les messages de votre propre corps, de vos pensées et de vos sentiments, interpréter les informations de l’environnement correctement et aussi voir les problèmes dans un contexte plus large. Le monde est gérable si vous avez les ressources physiques psychologiques, matérielles et psychosociales suffisantes pour faire face à ses exigences. Le monde est significatif lorsque nous sommes sûrs de notre propre valeur, que la vie est considérée comme étant pleine de sens, et que nous nous y engageons.

PSYCHOTRAUMATOLOGIE : Gérer le stress - sensibilisation

Il s'agit ici de vous sensibiliser à la psychotraumatologie pour que vous sachiez faire face aux situations délicates : un épisode inhabituel vient de se produire et vous voulez aider à gérer le stress des personnes qui l'ont vécu, ou bien vous constater que depuis un "certain épisode", une personne que vous connaissiez à changer. Pour aider à gérer le stress, avant même d'aller chercher des "techniques", je vous propose de reconnaitre un stress "normal" et comment le "dissoudre" rapidement d'un stress post-traumatique ! Cela vous demande donc de savoir les distinguer et ensuite, de savoir faire face au stress post-traumatique. Vous saurez aider en donnant un étayage puis en orientant la personne en fonction du besoin ! A t-elle besoin d'un débriefing, d'une thérapie, simplement de se ressourcer un peu ? Vous pourrez aider à gagner du temps et devenir vous-même une "ressource salutaire / salutogène" car vous saurez aider efficacement. Lorsque le stress s'installe, le temps joue souvent en la faveur de son intensification. Je vous propose plutôt de "gagner du temps" et faire baisser plus rapidement le stress !

Lire le programme et s'inscrire: Programme sensibilisation en psychotrauma

Associée à une journée sur les "premiers mots", vous aurez à la fois des éléments théoriques pour être plus sensible aux décodages des signaux de stress post-traumatique et des "outils" pragmatiques pour agir en toutes circonstances "délicates", que ces circonstances apparaissent ou non comme des épisodes potentiellement traumatogènes !

 

 

PSYCHOTRAUMATOLOGIE : MODULES DE FORMATION

Vous aurez lu ci-avant la possibilité d'être sensibilisé à la psychotraumatologie et, dit plus simplement, à savoir appréhender des situations délicates qui peuvent avoir bousculées des personnes proches de vous à un moment "t".

Les "bons mots" peuvent être vu comme l'apprentissage des "premiers secours" (PLS, massage cardiaque-ici stimulation des ressources psychiques) et la sensibilisation en psychotraumatologie, une approche plus spécifique pour repérer le stress post traumatique et savoir soutenir et orienter les personnes présentant des signaux "avérés" de stress post-traumatique.

Si vous voulez pouvoir aller plus loin et vous former aux interventions à titre préventif : STOP, défusing, débriefing ou que vous voulez intégrer ces formations dans votre pratique d'accompagnant, je vous propose des formations sur plusieurs jours, selon deux modèles :

- un modèle plus condensé (3, 5 jours + 1 jour à 8 semaines) qui permet de se former aux modèles : "Premiers mots" (inspiré des CARE et STOP) et au DEFUSING et DEBRIEFING individuel,

- et un modèle plus progressif (3 fois 2 jours à 8 semaines d'intervalle) et plus poussé sur les traumas et les comorbidités associées comme les troubles du comportement, les troubles dissociatifs.

200442169 001 ACTION....Je suis parée ! Prête à voler et tourner l'esprit vers le ciel :)

Le modèle condensé-programme " Psychotrauma - premiers mots" permet de comprendre ce qu'est la psychotraumatologie, son esprit salutogène et permet à chaque personne de pouvoir apprendre à REAGIR / AGIR si des épisodes potentiellement traumatogènes ont lieu.

L'esprit initial est de PREVENIR l'installation de stress post traumatique. Ceci étant, les techniques peuvent aussi permettre de recadrer des traumatismes avérés et vous apprendrez soit à faire vous-même un débriefing, soit à donner des premiers mots et gestes salutaires et à orienter vers un débriefeur et / ou un thérapeute compétent.

Il s'agit d'apprendre à REPERER, REAGIR dans les premiers instants ou après coup, et à AGIR avec une posture qui aide à sortir du stress post-traumatique. La formatrice vous supervise et vous aide ensuite à définir les limites de votre domaine d'intervention de façon à ce que vous vous sentiez "solide et à votre place" en tant que "secouriste" des premières heures ou comme "débriefeur" quand le temps passe, et comme "aiguilleur" si vous savez bien repérer et que vous réalisez que vous êtes dans un champ qui dépasse le seul débriefing et va nécessiter de relayer à un thérapeute qui sait traiter des traumas plus anciens, plus complexes et /ou répétés.

Vous apprendrez aussi à être solide face à des situations délicates et à trouver les bons mots puisque vous avez compris que la seule bonne volonté à aider est loin de suffire ! Dire maladroitement ou en étant trop ému peut être un élément préjudiciable plutôt que salvateur.

Savoir être et savoir faire sont essentiels et vos gestes et vos mots doivent "transpirer" une solide bienveillance, qui s'apprend et s'exerce !

coccinelle  dev perso  Se préparer pour REAGIR et mieux AGIR...Redonner du sens au mot "bonheur" !

Le modèle progressif, plus poussé-programme "TC et psychotrauma" permet de comprendre ce qu'est la psychotraumatologie, son esprit salutogène et permet à chaque personne de pouvoir apprendre à REAGIR /AGIR si des épisodes potentiellement traumatogènes ont lieu. Nous reprenons les essentiels du programme cité ci-avant mais nous abordons en préambule les troubles du comportement, les troubles chroniques et dissociatifs également qui peuvent être liés à des aspects traumatiques, ou avoir participé à la non-identification des traumatismes. 

Nous ferons le tri, le point sur tous ces troubles du comportement pour apprendre à bien les qualifier et distinguer ceux qui sont à des pathologies psychologiques et / ou somatiques et qui sont sujets à confusion avec des perturbations comportementales induites par des épisodes traumatiques. Ce module permet d'affiner davantage ses compétences cliniques et diagnostiques.

Pour poursuivre...

Des possibilités de formation aux techniques de groupe (sur 3 jours - apprentissage du défusing, débriefing de groupe et stimuler le soutien mutuel - team-empowerement) et d'approfondissement sur les traumas complexes pour les thérapeutes avec deux modules de 3 jours supplémentaires incluant des aspects pour bien identifier les traumas complexes, affiner le regard sur les troubles dissociatifs et acquérir des outils pragmatiques (issus de la PNL, pleine conscience, hypnose, ACT, EMDR, EFT...). Vous pourrez ainsi mieux appréhender vos axes de soin, les directions de traitement et hiérarchiser vos actions thérapeutiques en étayant le patient et en lui rendant son potentiel à AGIR sainement. La psychoéducation et l'éducation thérapeutique du patient, le travail en groupe et le coaching du système "familial" seront également des points-clés. On sort d'autant mieux des traumas complexes et des troubles associés qu'on recrée un environnement / système favorable à la croissance, empreint de sécurité et de stabilité (le cerveau est serein et peut travailler au retissage cognitif plutôt qu'à devoir faire face à l'extérieur) !

Un module complet associant les techniques de base, leur développement à la dimension du groupe et la spécialisation sur les traumas complexes est dispensé par mes soins chez mes collègues fondateurs des instituts SCALCOM et IPE PNL Humaniste. Retrouvez les liens sur ma page lien et contactez-les pour les dates. Je suis pour le travail d'équipe et les échanges ; vous pouvez retrouver certaines de mes formations chez mes collègues :)

Et bien sûr, des supervisions individuelles et /ou de groupe pour faciliter les progrès selon vos propres besoins :). Le débriefeur et le soignant doivent avoir de quoi "décharger", recharger les ressources et repartir ainsi pour mieux donner ! L'autoprotection est ESSENTIEL !

Les groupes de supervision peuvent se constituer à l'occasion de vos demandes en intra ou proposés en interdisciplinaires permettant de croiser les compétences de soin et travailler en complémentarité. Les supervisions individuelles sont à votre initiative.

 A lirela supervision.

Angélique GIMENEZ, psychopraticien titulaire du CEP, enseignante en PNL, psychotraumatologie et TCA et superviseur.

                                                                             Courant humaniste, PNL, hypnose éricksonienne, EMDR, ACT...